Bien qu’aucun nom de rue ou de place n’évoque Quinquempoix, il semble que ce soit dans cet quadrilatère imparfait, limité par le Canal Saint-Jean, l’avenue du Bouteiller, la rue du Connétable et la route de Vineuil que sont nés les grands moments de l’histoire de la ville de Chantilly.
canal St Jean
Quinquempoix, situation sur un plan de Chantilly
rue du Connétable, Chantilly

Moyen-Age et Renaissance

C’est en 1280 que le nom de Quinquempoix apparaît sur des textes:  » la chapelle Saint-Germain, autrement dit de Quinquempoix, dans la paroisse de Gouvieux ».

L’ortographe du mot a beaucoup varié. Le mot « poit » vient du verbe poiser, c’est à dire peser – A qui cela pese-t-il ? Qui cela gène-t-il ?

L’évolution du territoire de Quinquempoix va se modifier  au cours des siècles. Les seigneurs vassaux possédaient des terres qui passaient de l’un à l’autre, au grè des partages, successions, ventes. En 1230 le fief est aux mains de la famille d’Aunay, mais au milieu du XIV siècle il passe dans la famille de Trie qui va s’allier à Jean de Châtillon.  Le domaine passe vers 1360, à Jean Maquille avocat de Senlis. Ce Quinquempoix même divisé en trois fiefs, était de plus en plus entendu vers la forêt et la pelouse.

Les Condé

Le génie du Grand Condé a été de prévoir, d’imaginer, de concevoir ce que ce lieu pourrait apporter de grandiose à son parc. Il va porter de deux cent cinquante arpents à deux mille sept cent cinquante arpents la superficie du parc du château et pour réaliser cela il va acheter tous les terrains, toutes les propriétés et transplanter plus haut, vers le sud tous les habitants et toutes les activités de Quinquempoix.

Voici quelques constructions de Quinquempoix:
Le manoir de Quinquempoix

Propriété de la famille Bourillon, ce manoir n’était plus qu’une ruine à l’époque du Grand Conde qui n’eut aucun mal à le faire disparaître.
La chapelle Saint-Germain

Elle était située dans la propriété qui devait devenir la Faisanderie de Chantilly, propriété qui appartenait à la comune de Gouvieux, diocèse de Beauvais. Condé fit valoir son état de ruine et la chapelle fut transféré en dehors du parc (près de l’actuel no.68, rue du Connétable).
Hôtel Quinquempoix

Cet Hôtel de Quinquempoix devait s’étendre entre le no. 48 et 56 de la rue du Connétable. Dans l’aile droite , le Grand Condé avait établi ses menuisiers et dans l’aile du fond, ses serruriers, les Aubry auxquels s’associèrent plus tard, les Toupet.L’aile gauche ne fut construite que vers 1724. Le no. 54 était réservé pour l’utilité de la forge.
Peu avant la Révolution, fut installée dans la partie gauche sur la rue, l’école gratuite de dessin du prince de Condé.
La Place Centrale

Face au réservoir, entre les avenues du Bouteiller et de Condé, lu Prince avait prévu en 1771, le terrain pour faire une Place Centrale.
L’église Notre-Dame

Dès l’achèvement de l’église Notre-Dame , la paroisse de Chantilly fut constituée en 1692, englobant surtout Quinquempoix et les hameaux des Fontaines.
<h2>La Révolution</h2>

La plupart des habitants vivaient du château. Le prince était tout puissant.
La ville était exemptée de nombreux impôts et taxes et en particulier, la taxe sur l’eau de vie.
Après le départ du prince la population se divise en ceux qui sont favorables au prince, ceux qui s’opposaient au prince et ceux qui, venus de l’extérieur de Chantilly pouvaient s’opposer au prince et qui attendaient l’occasion pour faire main-basse sur des richesses.

A partir de 10 août 1792, tout bascule: l’exécution du meunier Pigeaux, la descente de la Renommée qui surmontait le dôme des Grandes Écuries, la fuite de la plupart des anciens conseillers municipaux. Les pires excès se produisent à l’intérieur du château. Sur le territoire de Quinquempoix, lors des ventes révolutionnaires, chacun essaya d’acheter le lot qui lui avait été attribué par le prince.