Chantilly

Au cours de l’histoire, la ville de Chantilly s’est enrichie d’un patrimoine dont la renommée n’est plus à faire.

La porcelaine de Chantilly

terrine en porcelaine tendre de Chantilly décor Kakiemon

Découverte par les Européens au XVIe siècle, lors des échanges commerciales avec l’Orient, la porcelaine a tout de suite fasciné par sa blancheur, sa transparence, sa finesse et son élégance. Nombreux alchimistes, esprits scientifiques et céramistes sont soutenus par des têtes couronnées et mécènes pour trouver le secret de la porcelaine orientale. A Chantilly, le prince Louis-Henri de Bourbon-Condé (1692-1740) va nommer Cicaire Cirou « maître de manufacture », qui va créer une pâte à porcelaine « tendre » – sans kaolin. La manufacture est installée dans le hameau des Petites Fontaines, dans la rue du Japon (actuelle rue de la Machine).  Dans les ateliers on dénombre plus de trente ouvriers :  tourneurs, mouleurs, graveurs, peintres et des ouvriers en charge de l’entretien des fours. Au cours de son histoire longue de 70 ans, la manufacture va produire des pièces très prises pour leur qualité et leur beauté.

Le style de la porcelaine de Chantilly correspond au goût dominant et passe du « Kakiemon »,  vers le style « rocaille » et le camaïeu bleu. La marque de la manufacture de Chantilly est un cor de chasse en bleu ou rouge au dos de pièces. Pendant une période, la marque a été accompagnée par les initiales des ouvriers potiers. Après la Révolution française, la manufacture est vendue à Christopher Potter, qui va produire de la faïence fine jusque vers 1800. Ensuite, la production continue de manière très irrégulière, avant de disparaître totalement au XIXe siècle.

Poster le commentaire