Gustave Macon

Secrétaire du duc d’Aumale à partir de 1883, puis conservateur de la bibliothèque et des archives, et à partir de 1892, le premier conservateur-adjoint du musée Condé, historien auteur de plusieurs ouvrages d’histoire locale et d’histoire de l’art, Chevalier de la Légion d’honneur et de l’Ordre de Charles III d’Espagne, son nom est lié au domaine et à la ville de Chantilly, auxquels il a consacré avec passion, toute son œuvre.

Né, le 26 mai 1865 à Hirson (Aisne), Gustave-Auguste Macon était le deuxième enfant d’Elise Allaire et de Jean-Baptiste Constant Macon, alors brigadier forestier. Il commence ses études à Hirson et récolte de son plus jeune âge des prix scolaires qui attestent déjà son sérieux et son enclin vers les études. En 1872, son père est nommé garde général du domaine du Nouvion-en-Thiérache (Aisne), propriété du duc d’Aumale et Gustave va continuer ses études au petit séminaire de Soissons, chez les pères franciscains pour devenir prêtre. Entre 1880 et 1883, il effectue ses études secondaires à l’institution Saint-Jean de Saint-Quentin, qu’il termine avec l’obtention d’un baccalauréat littéraire.

Le duc d’Aumale (1822 – 1897) revient en France après 23 ans d’exil et ayant perdu sa femme et ses deux fils, il commence à s’intéresser aux enfants de ses serviteurs et plusieurs de ces jeunes furent aidés pour accéder à des situations meilleures, en fonction de leurs aptitudes et leur valeur. Gustave Macon avait 17 ans quand le duc d’Aumale commença à se préoccuper des études de ce garçon brillant et discret. À 20 ans il devient attaché au secrétariat particulier du duc, puis chargé de la bibliothèque et des archives et enfin, à partir de 1892, conservateur-adjoint du musée Condé, du vivant même du duc d’Aumale.

Forcé de partir une deuxième fois en exile, après le décret du 14 juillet 1886, le duc d’Aumale est rejoint à Bruxelles par Gustave Macron qui lui apporte également, plusieurs caisses de livres et d’archives.

En 1892, le duc, par un codicille à son testament, demanda que Macon continue d’occuper la fonction de conservateur-adjoint après sa mort. Cette fonction était bien définie dans la donation du duc d’Aumale : sous les ordres des trois conservateurs représentant trois des cinq académies de l’Institut de France, « un conservateur-adjoint et résidant à Chantilly sera chargé de la garde et de l’entretien du musée et des collections ».

En 1897, à la mort du duc d’Aumale, Gustave Macon devient le premier conservateur-adjoint du musée Condé.

Connaissant mieux que personne les intentions et les souhaits du donateur de Chantilly, Macon consacra son existence à les réaliser avec un dévouement exemplaire

Il décède à Paris, le 1er novembre 1930, d’une congestion. Il est enterré au cimetière Bourillon à côté de sa femme Cécile Prinz Macon (1864-1901).

Des rumeurs ont laissé supposer que Macon était le fils naturel du duc d’Aumale, bien qu’il soit né en France pendant l’exil du prince en Angleterre (1848-1872).

L’essentiel du travail d’historien de Macon porte sur le domaine de Chantilly et ses collections.

  • Les Arts dans la maison de Condé (1903)
  • La Ville de Chantilly (1908-1912)
  • Chantilly et le musée Condé (1910)
  • Historique du domaine forestier de Chantilly (1905-1906)
  • Macon collabore intensément aux publications de la Société de l’Histoire de l’Art français et de la Société d’histoire et d’archéologie de Senlis.

[simple-author-box]

Paula Breaban
Paula Breaban

Passionnée par l’histoire de Chantilly, j’ai profité de mes compétences informatiques pour développer ce site pour l’Association de Sauvegarde de Chantilly et de son Environnement (A.S.C.E.). Les personnages, les événements, l’histoire de la ville de Chantilly se présentent à tous ceux qui pensent qu’on construit un meilleur avenir lorsqu’on connaît le passé.

Pin It on Pinterest

Share This